Logo France 3 + Littoral

 

 

Un livre de François Adrien

Editions Privat
19 euros

Une chronique écrite par Nolwenn Jacob
 

 

 L'ombre de Némésis est un roman d'aventures historiques, jetant un pont entre les ports du vieux continent et ceux des Caraïbes: une traversée de l'Atlantique à la découverte des Antilles sur un voilier trois-mâts, à une époque où ces bateaux de transport commencent à être furieusement concurrencés par les bateaux à vapeur et leurs cheminées crachant la fumée de charbon.

En ces dernières années du 19e siècle, Cuba, où la Némésis fait le plein du sucre pour l'Europe, est une terre colonisée par l'Espagne, une vieille puissance européenne qui fait régner la terreur parmi la population. Et dans le même temps, l'île est également convoitée par un pays à l'influence émergente, les États-Unis.

Les Américains sortent tout juste de la guerre de Sécession qui a donné la victoire aux idées anti-esclavagistes, et leur opinion publique est galvanisée par des journalistes de terrain prêts à tout pour un scoop, y compris à mener les troupes à la bataille, telle la Liberté de Delacroix.

Dans ces lieux et temps agités, le héros, Louis Aurélien mène son bateau et son équipage des fleuves sableux de la côte de Guyane aux criques cubaines menacées par les flottes belligérantes. Il procède à des réparations de gouvernail et de coque trouée par les récifs, et rencontre sur la terre cubaine une jeune fille qui lui retourne le sang.

Ce gros roman dépeint une guerre assez inconnue du grand public français, sur fond du déclin de la puissance coloniale des empires européens au profit de nouveaux pays. Mais, comme on le sait à présent, les luttes d'indépendances de ces territoires occupés ne prendront pas fin avec les changement d'occupant, et les révolutions sur l'ile cubaine allaient reprendre plus vite qu'on ne l'imaginait, quelques années plus tard.

L'ombre de Némésis est le premier roman de François Adrien, ingénieur de métier, passionné par la mer et les cultures étrangères. Il fait partie des romans retenus dans la sélection du festival Livre et Mer.


Extrait :
"En cette matinée du 8 juillet 1898, le premier obus fut tiré en direction d'un petit voilier français. Une colonne d'eau blanche s'éleva non loin de la proue de la Némésis. Tous les marins du monde connaissent la signification d'un coup de semonce tiré à l'avant d'un navire : il faut s'arrêter et voir venir. Seuls font la sourde oreille les insouciants prêtes à encaisser quelques projectiles, ceux qui ont le bénéfice de la vitesse, ou encore les bateaux intrépides qui répondent par les armes. Gabriela vit la Némésis venir au vent et amener ses voiles, tandis qu'étaient hissés au grand mât des pavillons dont elle ignorait la signification. Du côté américain, quelqu'un dut en comprendre le sens, car un petit yacht armé vint se ranger à couple du voilier. La jeune femme était paralysée par des sentiments contradictoires : Espérait-elle voir les Américains laisser passer la Némésis? Louis partirait vers l'Europe et Dieu seul leur permettrait de se revoir. Ou devait-elle prier pour qu'on lui confisque le voilier? Il serait alors convoyé vers quelque port des États-Unis. Elle avait honte de souhaiter une telle issue, mais se sentait plus capable de retrouver Louis en Amérique que sur l'autre rive de l'Atlantique."