Le trois-mâts Némésis

La Némésis, peinture d'Edouard-Marie Adam (cliquer pour agrandir)
La Némésis, peinture d'Edouard-Marie Adam (cliquer pour agrandir)
Maquette de la Némésis (Musée de Nantes)
Maquette de la Némésis (Musée de Nantes)

La Némésis, navire qui a servi de modèle à celui du roman, était un trois-mâts barque construit en 1875 par les chantiers Tillé de Nantes.

 

Un trois-mâts barque est un navire à voile de trois-mâts dont le mât de misaine (à l'avant) et le grand mât (au centre) sont gréés en voiles carrées. Sur le mât d'artimon (à l'arrière), sont grées une brigantine (grand-voile trapèzoïdale) et un flèche en cul (voile également trapèzoïdale) (source: Wikipedia).

Les derniers voiliers antillais

Extrait de Les derniers voiliers antillais (Louis Lacroix – Editions Maritimes et d’Outre-Mer - 1945).

La Némésis échouée sur un banc de sable du Carsawène
La Némésis échouée sur un banc de sable du Carsawène

Jusqu’à la fin des voiliers de petit tonnage vers 1914, ces navires partaient de nos ports avec leurs cales pleines de marchandises diverses qui consistaient principalement en matières pondéreuses telles que fers en barres, profilés, pièces de fonte, machines, bois de construction, ciment, chaux, briques, fûts d’huile et de peinture, filins, quincaillerie, carrosserie.

Le complément était fait avec des marchandises diverses: vins, bières, alcools, liqueurs, farines, salaisons et conserves, tissus, savons, cristaux, porcelaine, vaisselle, poteries, verreries, bijouterie, tissus et cotonnades, vêtements, chapeaux, articles de mode et vivres de toutes espèces : maïs, riz, beurres, fromages, jambons fumés. On comptait parfois plus de trois cents articles différents sur le manifeste de cargaison.

Parfois, ils prenaient un chargement complet de charbon en Angleterre et embarquaient sur nos côtes ou en Argentine des bestiaux et des mules avec un lest en pavés, granit, pierres de taille et autres matières lourdes, telles que canons et armes plus ou moins modernes pour Haïti.

Photo de la Némésis en 1894
La Némésis en 1894 (Musée de Nantes)

Les machines étaient le plus généralement destinées à Cuba, de même que les bois de construction, les vins, eaux-de-vie, bestiaux, salaisons, huiles ; cette île en importait des quantités énormes, de même que la Guadeloupe, Saint-Domingue et la Martinique.

Une grande partie de ce qui restait du chargement y débarquait aussi, ou était pris par des caboteurs chargeant pour les autres points de la mer des Caraïbes.

Lorsque leurs cales, de capacité relativement faible, étaient vides, les voiliers prenaient un plein chargement de sucre, de tafia ou de rhum à Cuba, la Jamaïque, Haïti, la Guadeloupe, la Martinique ou Porto-Rico.

Quand la saison des sucres était passée, ils trouvaient à Cuba, Saint-Domingue et sur toute la côte ferme des bois d’ébénisterie, de l’acajou, des bois de teinture, campêche ou rocou, du gaïac.

À défaut de chargement prêt, ils avaient des minerais de cuivre à Cuba, du sel aux îles Turques, de l’asphalte et du brai minéral à La Trinité, des cocos et des écailles de tortue. A Maracaïbo, on embarquait un fort lest de bois d’ébène parfois avec ces fameuses graines à teintures qu’on appelait « dividiri », mais il fallait être peu chargé pour sortir du Golfe dont les eaux ne sont pas profondes.

Enfin, presque partout on pouvait compléter un chargement avec des lots de café, tabac, cacao, coton, cire, épices et vieilles fontes provenant des antiques forteresses des siècles passés, ou de pièces de machine. ”

Louis LACROIX (in Les derniers voiliers antillais – Editions Maritimes et d’Outre-Mer - 1945).

Trois-mâts barque
Trois-mâts barque

 

 

 

Extrait du Registre du Bureau Véritas de 1901

La "NÉMÉSIS" - Capitaine Louis ADRIEN

 

Construction

  • en 1875 par Tillé à Nantes, sous la surveillance spéciale et continue des Experts de l’Administration
  • gréement:  trois-mâts barque

un pont bordé avec barres sèches

  • dimensions: longueur: 33,70 mètres

largeur: 7,50 mètres

hauteur de cale: 4,45 mètres

  • tonnage:    total: 294 tonneaux

net: 246 tonneaux

  • matériaux:  coque: chêne, orme

chevillée cuivre et fer galvanisé

doublage feutre et cuivre

  • pont: sapin

Classification en 1901 (Bureau Véritas)

  • cote 1ère classe
  • navire excellent (3/3)
  • qualité du corps: très bon état
  • qualité du gréement et autres dépendances: très bon état
  • navigation à laquelle le navire est propre: Atlantique

Contrôles du Bureau Véritas

  • visite complète sous la surveillance spéciale des Experts de l’Administration en 1891
  • navire ouvert en 1897
  • doublage feutre et cuivre en juillet 1897
  • réparations en 1898
  • dernière visite en 1898 au Havre

Propriétaire

Mademoiselle Emma ADRIEN à Nancy

Port d’armement

Bordeaux

 

La Némésis a été classée dans les registres du Bureau Véritas jusqu’en 1904

 

Page suivante                                                   Donnez votre avis sur cette page

 

Retour page d'accueil